I love $ – Johan van der Keuken

Des hommes, des femmes, des téléphones et  de l’argent…

En plein boom capitaliste, alors que des sitcoms comme Dallas tente de rendre glamour les intrigues financières des classes supérieures et que les traders deviennent les nouveaux aventuriers de cette triste époque, Johan Van Der Keuken écume les places boursières, les marchés financiers. Il interroge les golden boys sur leur vie, leur métier, et sur leur fascination pour l’argent. Un argent de plus en plus volatile, de plus en plus virtuel, ultra-mobile et déconnecté de la réalité. De leur propre aveu, le système qu’ils aident à mettre en place est un géant aux pieds d’argile, totalement artificiel et incroyablement fragile. Nous sommes en 1986, et analystes et experts sont prêts à admettre sans effort l’irréalité de l’appareil capitaliste.

Ils sont toutefois également d’accord sur l’aspect ludique de la spéculation, ils considèrent tous leur métier comme un jeu, et la bourse comme un casino. Poussés jusqu’aux limites de ce raisonnement, ils admettent également que, comme dans un jeu, le capitalisme a ses gagnants et ses perdants, bien sûr, mais que de tous temps, « ça a toujours été comme ça ».

Filmé dans les places-fortes du capitalisme, à New York, Amsterdam, Genève et Hong-Kong, « i love $ » est non seulement le portrait d’une époque, les années Reagan, les années d’or du capitalisme débridé, insouciant et sans scrupules, où faire de l’argent était un sport, ni plus ni moins moral qu’un autre, et tout aussi addictif, c’est  aussi  le portrait de cette accoutumance maladive. Comme les joueurs compulsifs, les golden boys parlent de rush d’adrénaline, de compétition, de dépassement de soi et d’écrasement de l’autre. Ils parlent de la relation affective qu’ils ont avec la circulation de l’argent, de leur humeur qui suit le même court que les valeurs qu’ils gèrent. « Golden Boys » est un terme qui leur va si peu, si mal. Nulle flamboyance en effet chez ces joueurs, mais bien des costumes ternes mal portés par des hommes d’age mûr, des employés stressés dans des bureaux anonymes, rendus fous par les sonneries de téléphone  qui se déclenchent toutes les  cinq secondes autour d’eux. C’était déjà un cliché, « achetez! », « vendez! », les communications sont brèves, brusques, mécaniques.

Pendant ce temps, dans le vrai monde …

Johan Van der Keuken présente, en contrepoint aux interviews de ces boys, ce qui est justement absent de leur discours. Il montre le circuit de l’argent, de l’or, et son effet sur le monde réel. Il montre les gens affectés par tous ces coups de téléphone, il montre la vie des travailleurs et de ceux qui suite à un de ces appels, ont perdu leur emploi, leur maison … Procédé simple de champs et de contre-champs, mais jamais gratuit ni simpliste ou didactique, ni même moralisateur. Même si on comprend rapidement le propos de van der Keuken, on est surpris chaque fois de l’aisance avec laquelle il passe d’une situation à une autre, de la bourse à l’immobilier, de la circulation de l’or à son extraction … Et même s’il ne triche pas pour établir des parallèles immédiats, comme on le ferait aujourd’hui au nom de l’efficacité journalistique, les situations qu’il oppose sont toutefois toutes liées, la condition de l’immobilier à Harlem, NY, est une conséquence de la spéculation, les émigrés illégaux portugais ont été engagés par des firmes suisses, les …

En marge des tours de finance, on suit les exclus du système, les victimes de la spéculation, on discute au pied des immeubles laissés à l’abandon par leurs propriétaires, quand ils ne les ont pas incendiés, comme ça arrive, parfois, pour l’assurance. On suit les travailleurs forcenés indispensables au fonctionnement de ce système, les chinois de Hong-kong, partis à la conquête du monde, décidés à devenir les meilleurs, parce c’est pour eux une question de survie, plus qu’une question de jeu, même si … On parle connaissance du marché et bonne fortune, microchips et bâtons d’encens, on s’inquiète un peu, mais on est confiants … Ils avaient raison , et Van der Keuken lui-aussi de pointer ce marché-là, cette émergence, ces dragons, alors « petits dragons », mais qui allaient rapidement concurrencer les orgueilleux occidentaux, et lancer la mode de la sous-traitance, de la délocalisation, de la fuite des entreprises du premier monde vers le second.

On le voit, il y a une nouvelle fois dans ce film une multitude de pistes et d’univers, on y suit plusieurs récits en parallèle, selon le système qu’affectionne Johan Van der Keuken. Celui-ci laisse au spectateur le soin d’établir ou non des connections, de faire ou non des comparaisons. Rien de trop lourd ou trop contraignant dans ces associations, mais bien l’idée que toutes les situations sont liées, que ces éléments  épars sont tous des perspectives d’un réseau, d’un entrelacs chaotique ; on ne parlait pas encore alors de mondialisation, de globalisation, ou en tous cas pas encore en ces termes, mais Van Der keuken le montre bien, le phénomène est à l’oeuvre depuis bien longtemps, et la débacle actuelle est la conséquence d’une dérive entamée depuis plusieurs dizaines d’années.

Une Réponse to “I love $ – Johan van der Keuken”

  1. « Le capitalisme a le pouvoir de transformer en drogue, immédiatement et continuellement, le venin qui lui est lancé au visage, et de s’en délecter. »
    Brecht

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :