Mark Fell – Sentielle Objectif Actualité

Image

MARK FELL

En marge de SND, son duo avec Matt Steel, Mark Fell avait jusqu’ici produit des albums solo hautement conceptuels, inspiré par des processus mathématiques aléatoires, proches des démarches stochastiques des années 1950. Son nouvel album le voit explorer de manière inattendue l’héritage de la house et détourner à la fois les sons, les rythmes et l’esprit de la musique de danse.

S’il est plus connu pour sa vision ascétique d’une musique électronique quasi scientifique (ainsi que l’indique des titres comme Periodic Orbits of a Dynamic System Related to a Knot, Scale Structure Synthesis ou Multistability), Mark Fell est également un musicien qui a grandit avec l’émergence de la house, une influence qu’il gardait jusqu’ici confinée à ses travaux sous le nom de Sensate Focus, le projet au sein duquel il produit une techno détournée, oblique, à mi-chemin entre l’hédonisme caractéristique du genre et son goût pour la complexité et les structures déroutantes, brisées, de la musique expérimentale. Avec ce Sentielle Objectif Actualité, publié aux Editions Mego, il tente la quadrature du cercle en associant les deux approches en une suite de morceaux presque dansants (le « presque » est important), dont les sons véhiculent une charge émotionnelle inaccoutumée pour un musicien réputé aussi intellectuel et aussi peu enclin à développer les aspects les plus énergiques ou les plus affectifs de son travail. Abandonnant pour une fois la vieille dichotomie corps=chaud/esprit=froid de la composition, une démarcation dont il a à la fois simplement hérité, mais qu’il a également souvent entretenue lui-même à travers sa démarche et son discours, il en tire un disque qui est un peu l’équivalent d’un coming-out musical, la révélation d’un aspect de sa personnalité qu’on ignorait jusqu’ici. Le même artiste qui affirmait il y a quelques années vouloir « décevoir le public » et trouver gênante l’idée qu’on puisse trouver du plaisir à l’écoute de sa musique semble avoir partiellement changé d’avis, mais reste sur sa position lorsqu’il affirme refuser de faire de la techno une forme d’entertainment, de spectacle, d’amusement. Il a donc choisi d’utiliser les rythmiques explicites et les sons mélodieux jusqu’ici banni de son travail ou de celui de SND, tout en conservant l’exigence de complexité et de singularité de ses précédents travaux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :