Le comité

(The Commitee,

réalisé par Peter Sykes, écrit par Max Steuer)

J’aimerais beaucoup commencer ce post par autre chose que « The Committee » est un film étonnant, ou une platitude de ce genre. Réalisé par Peter Sykes, et écrit par l’étrange Max Steuer, ce film porte pourtant toutes les marques et les stygmates du film-culte. En grande partie pour son (faux-)aspect dadaiste, incompréhensible, voire, lachons le mot et retirons le immédiatement… surréaliste. En grande partie aussi pour sa bande son, signée par un jeune Pink Floyd, qui ne se foule pas, ceci dit, et pour une apparition, mirifique celle-là, de The Crazy World of Arthur Brown, ce qui en fait un objet pop immédiat et lui vaut sans doute aujourd’hui sa réédition dans la série « Martyrs Of Pop » de la collection « Chalet Pointu ». Alors de quoi s’agit-il? C’est là que les choses se corsent… Non que l’intrigue soit impossible à résumer, ou que les thèmes soient désespérément obscurs… Mais le film n’est pas là. Ecrit dans l’atmosphère intellectuelle des années soixante, un thème comme celui du film, les limites de la liberté individuelle, le bien et le mal vus à travers le filtre d’un contrôle social proto-totalitaire, était alors neuf, mais semble aujourd’hui dépassé. On peut arguer au contraire que, s’il est à présent un peu passé de mode, c’est sans doute parce qu’une bonne partie de la réflexion amorcée alors sur le totalitarisme, le contrôle des masses, et la conspiration des élites, est passée à la trappe des années de plomb. Les thèmes n’ont pourtant jamais été autant d’actualité, mais la réflexion sur le sujet, elle, ou plutôt son illustration narrative, a été abandonnée depuis plus de vingt ans. Inclure autant de politique et de philosophie dans un film a été pendant longtemps à peine pensable dans le cinéma populaire.

Nous avons ici affaire à un film qui donne toutes les apparences d’un film improvisé, presque amateur, et pourtant, il suffit de quelques minutes des suppléments pour vérifier que ce qui est parvenu à l’écran a été décidé par les deux responsables, Peter Sykes et Max Steuer, et est le résultat de discussions qu’on imagine longues et ardues. Rien n’a ici été laissé au hasard. Les dialogues, si étranges à nos oreilles actuelles, sont le résultat d’une contagion, que Steuer regrette aujourd’hui, du théâtre de l’absurde, de l’écriture d’Harold Pinter, ou les théories de RD Laing, si populaires alors. Mais la structure, les ellipses, les effets d’escamotages et le montage halluciné, lui, a été calculé avec la froideur d’un économiste britannique. Max Steuer (dont c’est la nationalité et la profession) s’explique avec une lucidité et une précision étonnante quant à ce film, son seul film. Il le considère comme un exposé, un film d’idée, une traduction narrative issue d’une réflexion sur la vie de l’individu en société, et l’impossibilité d’une vie hors de celle-ci. Il faut concéder à cette époque un certain culot. Combien de films pourraient se faire aujourd’hui avec un tel pitch, un tel synopsis? qui ne soit pas un premier film indépendant auto-financé? Ni dirigé par David Lynch?

Servi par une esthétique glaciale, filmée dans un noir et blanc léché par Ian Wilson, par quelques personnes qui établiront l’année suivante l’esthétique du feuilleton « Chapeau Melon et Bottes de Cuir », le film est une longue conversation, entre le protagoniste principal, ainsi nommé au générique (central character), interprété par Paul Jones, alors leader du groupe Manfred Mann et le directeur du « comité », interprété par Robert Lloyd. Le film oscille entre l’errance de « L’année dernière à Marienbad » et une excentricité et une froideur britannique développée plus tard par des série comme « Chapeau Melon Et Bottes De Cuir » ou « Le Prisonnier ». Conspiration, non-dit, comité occulte, malgré le côté bavard du film, beaucoup de choses parviennent à n’être que suggérées, ce qui rend le film à la foid profond et bizarrement léger.

Une Réponse to “Le comité”

  1. Jean-Emmanuel Deluxe Says:

    Bonjour

    Bravo pour cette chronique-

    http://www.martyrsofpop.com
    http://www.myspace.com/martyrsofpop

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :